customs clearing in 2018

Rétrospective de l’année 2018

L’année 2018 n’a pas été de tout repos pour les courtiers en douane. En effet, plusieurs évènements sont venus compliquer les échanges commerciaux, notamment entre le Canada et les États-Unis. Que ce soit par rapport au dossier des surtaxes sur l’acier et l’aluminium, au différend commercial entre les États-Unis et la Chine ou aux renégociations entourant l’ALENA, l’incertitude a plané sur les industries importatrices et exportatrices. Voici une courte rétrospective de quelques-uns des dossiers qui ont marqué l’année 2018.

L’ALENA 2.0 : Accord Canada-États-Unis-Mexique

Bien entendu, nous ne pouvons pas résumer l’année 2018 sans mentionner les longues renégociations de l’ALENA. Celles-ci se sont déroulées dans un climat assez tendu, plus précisément à cause des demandes difficiles à concilier entre les trois parties. À plusieurs reprises, nous avons cru qu’il n’y aurait tout simplement pas d’accord possible entre les pays impliqués; bien souvent, le président américain a menacé de déchirer l’accord ou d’abandonner les renégociations. Finalement, au bout de plusieurs rondes de renégociations, une entente a finalement été conclue le 30 septembre 2018 et l’accord a été signé le 30 novembre 2018. Les États-Unis ont baptisé le nouvel accord : Accord États-Unis–Mexique–Canada, ou AEUMC. De son côté, le Canada préfère l’appeler : Accord Canada–États-Unis–Mexique, ou ACEUM. Pour en connaître davantage sur les points en litiges résolus, consultez cet article.

Surtaxes sur l’acier et l’aluminium

Un autre dossier qui a fait couler beaucoup d’encre est celui des surtaxes sur l’acier et l’aluminium. En réaction aux surtaxes imposées par le gouvernement américain, le Canada a lui aussi imposé des surtaxes sur certains produits d’acier, d’aluminium et sur une variété d’autres articles américains. Bien que plusieurs voyaient un lien entre les renégociations de l’ALENA qui s’éternisaient et l’imposition de ces surtaxes par les États-Unis, les négociateurs ont toujours affirmé traiter ces deux dossiers séparément. De plus, même si un nouvel accord de libre-échange a été conclu entre le Canada, les États-Unis et le Mexique, les surtaxes n’ont pas encore été abolies. Par contre, il existe des moyens de demander des remises pour les entreprises subissant ces surtaxes.

Différend commercial entre les États-Unis et la Chine

Le différend commercial entre les États-Unis et la Chine a été un dossier chaud durant l’année 2018. Le président américain a d’abord pointé du doigt la Chine pour ses pratiques déloyales en ce qui a trait à la propriété intellectuelle des investisseurs étrangers. S’en est suivi une escalade d’impositions de tarifs douaniers entre les deux pays. Au total, ce sont 300 milliards de dollars d’importations qui ont été surtaxées. Malgré cette montée de tensions, les deux pays ont finalement décrété une trêve commerciale au début du mois de décembre 2018 et ont décidé de ne pas s’imposer de tarifs douaniers supplémentaires. Les deux parties se donnent 90 jours pour tenter de conclure un accord qui pourra mettre fin à cette guerre commerciale.

Que nous réserve 2019?

Si 2018 a été une année assez mouvementée, que nous réserve 2019? De la stabilité, nous espérons! En effet, quoi de mieux que de la stabilité pour les entreprises importatrices et exportatrices qui souhaitent investir à l’étranger sans avoir à composer avec de soudains changements de tarifs? Quoi qu’il en soit, l’équipe de W2C restera à l’affut des prochains développements et changements pour vous tenir informés de ce qui se passe dans le milieu de la douane.

Bonne année 2019 à tous et à toutes!


Veuillez prendre note que toutes les informations contenues dans ce blogue sont sujettes à changement. Les articles de ce blogue sont écrits dans une visée informative. Ils comportent des informations générales. Nous demeurons à la disposition de notre clientèle pour plus de précisions sur les sujets abordés dans ce blogue.

partager cet article


À propos de l'auteur
Tatiana Sanchez est passionnée de communication sous tous ses aspects. Elle possède de fortes habiletés en rédaction et en gestion de communauté. Sa créativité et son aisance à vulgariser le langage du milieu douanier font d’elle un atout important pour l’équipe de W2C.